Visiter Caen : 15 choses à faire à Caen et ses environs

Visiter Caen : 15 choses à faire à Caen et ses environs

Que faire à Caen ? Où dormir ?

Caen est l’une de ces villes normandes qui ont subi de lourds dégâts durant la Seconde Guerre mondiale, mais qui fusionnent désormais l’Histoire et la modernité. Avant la conquête normande de l’Angleterre, Caen fut le lieu de résidence de Guillaume le Conquérant et de son épouse Mathilde de Flandre.

La cité est inondée de verdure, comme en témoigne le parc du Château de Caen, désormais parsemé de reliques historiques captivantes. La ville est également à deux pas des plages du débarquement, de la station Belle Époque de Cabourg, et de Bayeux, où la célèbre tapisserie relatant les hauts-faits de Guillaume le Conquérant est exposée.

Explorons ensemble les 15 meilleures choses à faire et à voir à Caen.

1. Le Château de Caen

Au Moyen Âge, la citadelle de Caen, construite par Guillaume le Conquérant en 1060, était un édifice monumental pour l’époque. Même aujourd’hui, il est facile de se faire une idée des dimensions du parc où se trouvaient autrefois le donjon et de nombreuses bâtisses.

Il reste des fragments fascinants, comme les fondations de la résidence de Guillaume, ainsi que les murs et deux superbes portails, toujours debout. Ces défenses datent pour la plupart de la guerre de Cent Ans, au 15e siècle. Les remparts offrent un panorama époustouflant sur toute la ville de Caen.

Le domaine du château est désormais un lieu de détente pour le Caennais, avec de vastes pelouses, deux musées et un café.

2. Le musée des Beaux-Arts de Caen

Au cœur du château de Caen, le musée des Beaux-Arts de la ville accueille 350 œuvres qui vous entraînent à la découverte de l’art français et européen depuis le 14e siècle jusqu’à nos jours.

Les galeries s’orientent vers la Renaissance et le baroque, avec des œuvres de Nicolas Poussin et Rubens, ainsi que des maîtres italiens comme Véronèse et Tintoret.

Les mouvements français du 19e siècle sont également bien documentés, comme le romantisme de Delacroix, les paysages impressionnistes d’Eugène Boudin et le réalisme de Gustave Courbet.

Il y a aussi une nouvelle aile plus contemporaine et un jardin de sculptures avec des œuvres d’Antoine Bourdelle et Huang Yong Ping.

3. Le musée de la Normandie

Un autre musée du château de Caen couvre les milliers d’années d’histoire de la Normandie. Il se situe dans la partie qui était autrefois la résidence du gouverneur.

Dans la section préhistoire, admirez les céramiques vieilles de 7500 ans, ainsi que des outils et des pointes de flèches découverts sur un site à Vierville. Sont également exposés des objets funéraires néolithiques mis à jour à Ecajeul.

Dans la section histoire classique, l’exposition incontournable du musée se dévoile : la déesse-mère de Saint-Aubin-sur-Mer, une grande sculpture romaine savamment travaillée découverte dans un puits en 1943.

Vous en apprendrez également davantage sur la façon dont les Vikings sont venus s’installer en Normandie au 10e siècle. Les costumes et savoir-faire normands traditionnels sont mis en lumière, avec des expositions intéressantes sur le cidre et la fabrication du fromage au fil des ans.

4. L’Abbaye aux Dames

Cette abbaye romane normande a été fondée au milieu du 11e siècle par Guillaume le Bâtard, le futur conquérant.

Dans l’église abbatiale de la Sainte-Trinité repose la tombe de Mathilde de Flandre. Elle est marquée par une pierre noire sans prétention, ornée d’une inscription latine. L’église est la seule partie de l’abbaye ouverte au public. Le reste abrite des bureaux gouvernementaux.

Toutefois, des visites guidées sont possibles pour découvrir cette église. Dans l’abside et le chœur, portez votre attention aux chapiteaux sculptés. L’un d’eux présente Guillaume le Conquérant tenant deux lions en laisse, pris comme trophées lors de la première croisade.

5. L’Abbaye aux Hommes

Guillaume le Conquérant a fait construire cette abbaye en 1063 afin d’obtenir l’absolution pour avoir épousé sa cousine Mathilde de Flandre.

Le bâtiment est un autre trésor roman normand, avec les murs sévères et non ornés de la façade ouest couronnés par des tours gothiques plus décoratives.

L’incontournable tombe de Guillaume se trouve à l’intérieur, dans le chœur datant de 1087. Les stalles en bois et la chaire datent quant à elles du 17e siècle.

Les bâtiments du couvent sont assez inhabituels et ont échappé aux dommages de la Révolution et de la Seconde Guerre mondiale. Dans la cave, sous le réfectoire, vous trouverez même un pressoir à pommes médiéval toujours en état de marche.

6. L’église Saint-Pierre

La majestueuse église gothique et Renaissance de Caen s’identifie facilement par sa flèche de 75 mètres de hauteur. Celle-ci a été restaurée après avoir été touchée par un obus pendant la Seconde Guerre mondiale.

Saint-Pierre fut édifiée en plusieurs étapes, entre le 13e et le 16e siècle. Les parties les plus anciennes sont le chœur, la tour et les façades. Sur le côté nord se trouve une immense rosace réputée pour la légèreté de sa maçonnerie.

À l’intérieur, prenez le temps d’examiner la magnifique voûte gothique du chœur et les chapelles déambulatoires de style gothique tardif. Puis, sur le côté nord de la nef, admirez les chapiteaux sculptés avec les personnages des poèmes épiques de la légende du roi Arthur. Vous reconnaitrez certainement Lancelot du Lac.

7. Maisons à pans de bois

L’une des raisons pour lesquelles il y a moins de maisons à pans de bois à Caen que dans d’autres cités médiévales françaises est qu’en 1524, ce style de construction a été aboli par le Parlement normand en raison de du risque important d’incendie.

Mais il reste deux exemplaires, tous deux grandioses. La Maison des Quatrans se situe près de l’église Saint-Pierre. Elle s’affiche avec du bois et des torchis sur un socle de pierre. C’est la plus ancienne maison de la ville et fut construite par un riche tanneur.

Aux 52 et 54 rue Saint-Pierre se trouve une paire de maisons à colombage de quatre étages du 15e siècle. Toutes deux sont classées au titre des monuments historiques. Bien qu’elles accueillent des commerces modernes au rez-de-chaussée, elles présentent de fabuleuses sculptures dans leurs bois.

8. Le Jardin des Plantes

Le jardin botanique de Caen vaut également le détour. Ici, 8 000 espèces végétales coexistent sur 5 000 m² de parcelles paisibles, dont un jardin médicinal, un arboretum et diverses collections horticoles, le tout scrupuleusement agencé.

Les serres d’origine en fer et en verre ont malheureusement été perdues pendant la guerre, mais ont été remplacées en 1988 par une serre exotique ouverte de 13h00 à 17h00. Elle abrite une collection reconnue au niveau mondial de cactus rhipsalis, de Peperomia, et de Sansevieria, des plantes indigènes d’Asie du Sud et d’Afrique.

Le parc arboré dans la partie supérieure des jardins accueille un arbre pagode japonais datant de 1750 et un séquoia planté en 1890.

9. La Colline aux Oiseaux

Il est difficile de croire que cette mosaïque tranquille de jardins au nord-ouest de la ville était autrefois le site de la décharge et des incinérateurs de la ville. Le parc a été inauguré en 1994 pour commémorer le 50e anniversaire du Débarquement. Le nom « Colline aux Oiseaux » fait référence aux monticules de détritus qui attiraient des volées d’oiseaux.

C’est désormais un lieu de détente pour les familles et les couples, avec une grande roseraie, un labyrinthe de buis, une maquette de la Normandie et plusieurs autres petits jardins célébrant les villes de la région et les villes jumelles de Caen.

Si vous avez des enfants, rendez-vous à l’enclos animalier où ils pourront faire connaissance avec des animaux de basse-cour tout-à-fait charmants.

10. Le parc Festyland

Festyland est un petit parc d’attraction situé à proximité de Caen, à Bretteville-sur-Odon. Vous pouvez profiter de toutes les attractions en une demi-journée, garantissant quelques heures de plaisir à vos enfants.

Le parc se répartit en quatre zones inspirées du passé historique de Normandie : Viking, Médiéval, Pirate et Belle Époque.

Vous profiterez de deux montagnes russes, de quatre manèges et d’un assortiment de petites attractions comme des chaises volantes, un cinéma 3D, un bateau à bascule pour aire de jeux d’aventure et un zoo pour enfants abritant des chèvres dans la zone Viking.

11. Le Mémorial de Caen

Fondé en 1988, le Mémorial de Caen se trouve au sommet d’un bunker souterrain à partir duquel le général allemand Wilhelm Richter a coordonné la défense des plages normandes le jour du Débarquement allié.

Ce mémorial est également un musée regroupant de nombreuses expositions, de la bataille de Normandie à la guerre froide. Les galeries retracent ainsi l’émergence du conflit, l’occupation, l’holocauste et l’après-guerre. L’exposition sur la guerre froide inclut des objets d’époque, comme une Trabant de l’Allemagne de l’Est, ainsi qu’un morceau du mur de Berlin.

Le Mémorial de Caen se décrit comme un musée de la paix, porteur d’un message d’espoir. Il est l’un des musées les plus fréquentés de France, hors Ile-de-France.

12. Mémorial Pegasus

Ici, vous replongez au cœur d’une opération vitale du Jour J. à Ranville, à quelques minutes au nord de Caen, le pont Pegasus fut en effet capturé dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 pour préparer le Débarquement et protéger le flanc est des Alliés.

Le pont, qui date de 1934, a été conservé et transporté jusqu’au mémorial à une courte distance de la position d’origine sur l’Orne. Au musée, vous aurez un aperçu de l’opération menée par la 6e division britannique aéroportée à l’aide de planeurs Airspeed Horsa, dont une réplique est exposée.

13. Le Château de Bénouville

Cette demeure seigneuriale dans la campagne au nord-est de Caen a été conçue par Claude Nicolas Ledoux, l’un des pionniers néoclassiques français du 18e siècle. Cet architecte est à l’origine d’une multitude de monuments parisiens, en particulier les barrières du mur des Fermiers généraux, rendus célèbres à la Révolution.

Le château est considéré comme l’un des meilleurs exemples survivants de son travail et abrite aujourd’hui l’Institut européen des jardins et paysages. Entre juin et septembre, vous pouvez vous délecter des intérieurs somptueux et apprécier des expositions d’horticulture et d’aménagement paysager.

Lors du Débarquement, le château a été le théâtre d’affrontements, bien qu’il servait à l’époque de maternité.

14. Cabourg

En été, rendez-vous sur l’une des plus belles plages de Normandie, située à seulement 25 km de Caen. Longue de plus de trois kilomètres et particulièrement large à marée basse, la plage de Cabourg est un lieu qu’appréciait notamment Marcel Proust.

Il adorait venir ici au tournant du 19e siècle. Dans son roman « à la recherche du temps perdu », la station balnéaire de Balbec est inspirée de Cabourg. Proust séjournait régulièrement dans la chambre 414 du merveilleux Grand Hôtel néo-Renaissance de Cabourg, toujours en activité aujourd’hui et installé en front de mer.

Cabourg est parfaite pour des activités balnéaires, comme flâner le long de la promenade interminable, jouer au mini-golf et plonger dans les eaux vivifiantes de la Manche.

15. Gastronomie caennaise

Les intrépides peuvent déguster l’un des plats emblématiques de la région : les tripes à la mode de Caen, préparées avec les quatre parties d’un estomac de vache et d’un pied de bœuf. C’était le plat préféré de Guillaume le Conquérant, accompagné comme vous pouvez le devinez d’un jus de pomme pressé normand.

Les pommes, justement, sont utilisées pour brasser le célèbre cidre de Normandie, ainsi que l’eau-de-vie locale désormais appelée Calvados.

Côté pâtisserie, fondez pour une grignette, une pâtisserie locale en forme de petite baguette, saupoudrée de sucre glace et garnie de pépites de chocolat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *