Visiter Bastia : 15 choses à faire à Bastia et ses environs

Visiter Bastia : 15 choses à faire à Bastia et ses environs

Que faire à Bastia ? Où dormir ?

Si vous êtes en vacances dans le nord de la Corse, posez vos valises à Bastia et laissez-vous séduire par cette ville attachante.

Bastia est l’exemple typique de l’héritage italien présent en Corse. En effet, les Génois, aidés par les investisseurs de la Maona, furent aux commandes de la ville pendant des siècles, laissant une empreinte indélébile de leur passage.

Vous trouverez ainsi plus d’églises baroques dans cette ville que partout ailleurs dans l’Île de Beauté.

La Citadelle, quant à elle, est toujours gardée par des bastions qui protègent le passé de l’île dans le Palais des Gouverneurs.

Bastia, ce sont aussi des plages de sable blanc sur plusieurs kilomètres, et le point de départ de nombreuses excusions, qu’elles soient terrestres dans l’arrière-pays ou sous-marines sur des sites d’épaves historiques.

Alors que faire à Bastia ? Et où dormir ? Voici ma sélection.

1. La Citadelle de Bastia

Pour commencer, enfilez des chaussures confortables pour explorer la Citadelle, quartier historique de la ville, nichée au sommet d’une falaise face à l’entrée du Vieux Port.

Ce quartier fortifié, construit à partir de 1380 sous la direction du gouverneur génois Leonello Lomelli, regroupe quelques édifices incontournables à visiter de Bastia.

Il vous faudra une grosse demi-journée pour découvrir toutes les pépites qu’abrite la Citadelle, comme le Palais des Gouverneurs, la pro-cathédrale Sainte-Marie, l’oratoire Santa Croce, la Casa Zerbi, le palais épiscopal, ou encore les six bastions qui courent le long de remparts.

De 1380 à 1768, les Génois contrôlaient la citadelle jusqu’à ce que l’île fût cédée à la France. Les remparts ont été bombardés pendant la Seconde Guerre mondiale, mais ont été entièrement restaurés.

Pour entrer dans la Citadelle, vous pouvez emprunter l’une des deux portes qui percent les remparts. La Porte Louis XVI est la plus ancienne et se trouve Cours Favale. Au-dessus de la seconde, vous pouvez admirer l’emblème de la République de Gênes : une couronne et deux griffons entourant un blason.

2. Le Palais des Gouverneurs

Les gouverneurs génois contrôlaient toute la Corse depuis ce palais, construit en même temps que le reste de la Citadelle.

À ses débuts, son objectif principal était uniquement défensif, jouant le rôle de tour de guet face à l’entrée du port.

Certaines caractéristiques très innovantes de l’édifice permettaient de rendre un siège difficile, notamment avec la présence de deux énormes citernes d’eau souterraines qui pouvaient assurer un approvisionnement pendant des mois.

À la fin du 15e siècle, cependant, le palais devint une résidence permanente luxueuse pour les gouverneurs et était richement décoré. Cette partie est désormais l’actuel Musée de Bastia.

En sortant du palais, prenez le temps de vous détendre en flânant dans les magnifiques jardins suspendus, ou en parcourant les allées du Jardin Romieu en contrebas du palais, offrant un panorama exceptionnel sur l’entrée du Vieux Port.

3. Le Musée de Bastia

Réaménagé récemment, le Musée de Bastia comporte désormais 17 salles. Des panneaux d’information détaillés vous donneront un résumé complet l’histoire de Bastia. Vous découvrirez également son rôle en tant que siège du pouvoir, de la culture qui a prospéré dans la cité et des personnalités qui ont gouverné.

Un immense diorama de la ville est exposé dans le musée, ainsi que des peintures, du mobilier, des trésors liturgiques et une foule d’objets mettant en lumière l’importance de la mer pour les Génois.

À l’extérieur, vous pourrez admirer une superbe vue sur le port depuis la position des canons.

4. La Chapelle Sainte-Croix

Au cœur de la Citadelle, laissez-vous séduire par l’intérieur rococo exceptionnel de l’oratoire Santa Croce, regorgeant d’or, de marbre sculpté, de statues et de riches peintures murales.

En pénétrant dans l’édifice, datant de 1600, vous vous demanderez certainement si vous n’êtes pas dans l’un de ces salons luxueux de Louis XV, tellement le style est omniprésent, voire écrasant.

Le point d’orgue de votre visite de l’oratoire est le Très Saint Crucifix des Miracles, ou Christ Noir : dans une niche au-dessus de l’autel se trouve une statue en chêne noirci du Christ d’origine inconnue, découverte flottant en mer par des pêcheurs locaux en 1428.

Tous les 3 mai, les Bastiais honorent le crucifix au cours d’une procession qui réunit pêcheurs, confréries et fidèles jusqu’au vieux port de la cité pour la traditionnelle « bénédiction de la mer ».

5. Le Pro-Cathédrale Sainte-Marie de Bastia

Cette merveilleuse église baroque du 17e siècle fut la cathédrale de Bastia durant des siècles, jusqu’à ce que le diocèse de Mariana soit dissous en 1801 et que Bastia soit annexée au diocèse d’Ajaccio.

Construite à l’emplacement d’une ancienne église à partir de 1604, elle est un brillant exemple du style baroque génois, comme vous le constaterez en voyant les pilastres et les frontons qui festonnent la façade ouest.

Les trois nefs à l’intérieur sont clairement extravagantes, richement décorées de marbre et d’or. Ici, vous découvrez une statue de la Vierge en argent massif, réalisée par un orfèvre de Sienne au 19e siècle et pesant pas moins de 200 kg.

Ne manquez pas d’admirer parmi les nombreux tableaux qui ornent l’intérieur celui de l’Assomption de la Vierge datant de 1512.

6. Le Village Miniature

Au cœur de l’ancienne poudrière de la Citadelle, vous découvrirez une attraction spectaculaire qui séduit les badauds de tous âges. Ici, pendant plus de 30 ans, le maquettiste René Mattei a reconstitué un village corse du 19e siècle.

Il lui a fallu 19 tonnes de matériaux pour cette entreprise pharaonique. Il a même peuplé son village de figurines : un forgeron s’affaire dans son atelier, tandis que les villageois vaquent à leurs occupations quotidiennes.

Prenez le temps d’observer chaque scénette pour capturer des détails saisissants de la vie du village. Certaines sont même animées, à l’instar du moulin à vent et du chemin de fer.

7. Le Vieux Port

Flânez le long des quais du port bordés par une foule de maisons typiques peintes dans des tons pâles d’ocre, et au-dessus desquelles se détachent les coupoles baroques de l’église Saint-Jean-Baptiste.

Au rez-de-chaussée de la plupart d’entre elles se trouve un restaurant, une pizzeria ou un café. Installez-vous en terrasse, commandez des croissants et des Canistrelli, et admirez la forêt de mâts devant vous en imaginant la flotte génoise ancrée dans le port au Moyen Âge.

Arpentez les jetées afin d’obtenir un meilleur panorama sur les maisons et prendre des photos inoubliables. Ce sera également l’occasion de voir de plus près les anciens phares qui gardent l’entrée du port.

8. La Place Saint-Nicolas

Longue de 280 mètres et large de 70, la place principale de Bastia, la place Saint-Nicolas, est l’une des plus grandes de France et fait presque deux fois la taille de la Piazza San Marco de Venise.

Son emplacement en front de mer en fait un site exceptionnel. À l’ouest, la place est délimitée par des maisons de ville du 19e siècle, tandis qu’à l’est, elle offre un panorama saisissant sur le port commercial où stationnent régulièrement d’immenses paquebots de croisière et des ferries.

Des platanes et des palmiers bordent la place près des terrasses de cafés, si bien que lorsque le soleil darde ses rayons en été, vous pouvez vous installer à l’ombre pour profiter de la vue dégagée en sirotant une boisson désaltérante.

Sur la place, il y a aussi quelques monuments à découvrir. Vous pourrez admirer une statue colossale de Napoléon en marbre de Carrare, signée Lorenzo Bartolini. L’empereur prend ici les traits de Jupiter, accompagné d’un aigle et brandissant un sceptre, deux attributs associés au roi des dieux de l’Olympe. Cette statue flatteuse constitue l’un des symboles de Bastia. Du haut de son piédestal, Napoléon culmine à 8 mètres.

Au centre de la place, prenez quelques photos souvenir près du kiosque à musique en fonte d’Orléans inauguré en 1908. En fonction du jour de la semaine, se tiennent ici des marchés, comme le marché aux puces le dimanche matin, et un marché aux vêtements le deuxième vendredi de chaque mois.

9. La Place du Marché

Située entre la place Saint-Nicolas et le Vieux Port et bordée d’innombrables restaurants et cafés, la place du Marché respire l’air corse.

Ceinturée d’immeubles colorés, elle accueille chaque weekend un marché traditionnel où les producteurs de la région viennent proposer leurs produits.

La culture corse se ressent à chaque étal, aussi bien dans les spécialités locales comme la coppa (porc salé), le lonzu (cochon fumé), les fritelli (beignets corses) ou le brocciu (fromage AOC/AOP corse), que dans l’humour des maraîchers.

10. L’Église de Montserrato

Rendez-vous dans la campagne sur les hauteurs de Bastia, à l’église Notre-Dame de Montserrato. Vous pouvez y accéder à pied depuis le centre-ville. Une vingtaine de minutes suffiront pour aller à la rencontre de cette église de style néoclassique très particulière.

En effet, à l’intérieur se niche une Scala Santa, ou Escalier Saint, que vous ne trouvez que dans peu d’églises en Europe. Il en existe d’ailleurs que 10 dans le monde. Cet escalier symbolise le prétoire de Jérusalem que Jésus gravit lors de son jugement par Ponce Pilate.

Ici, les pénitents gravissent l’escalier à quatre pattes, en récitant une prière à chaque marche, afin d’être absous de leurs péchés.

Bastia a obtenu le droit d’édifier cette Scala Santa du pape Pie VII au début du 19e siècle, en récompense pour avoir accordé l’asile à 424 prélats romains bannis de France métropolitaine par Napoléon à la suite du Concondat de 1801.

L’oratoire met par ailleurs en lumière une statue de marbre de la Vierge à l’Enfant datant de 1637. Cette église est fréquentée par des milliers de visiteurs chaque année afin de s’imprégner de son ambiance si particulière.

11. Les Plages de Bastia

Plusieurs plages sont accessibles à quelques minutes du centre-ville de Bastia : les plages de Ficaghjola et de Toga ceinturent immédiatement les ports de la ville, tandis que la plage de l’Arinella se situe à la sortie sud de Bastia.

Pour trouver les plages de sable doré qui ont fait la renommée de la Corse, il faudra sortir de Bastia et parcourir environ cinq kilomètres vers le Sud. Là, vous accèderez à une longue succession de plages sur la bande de terre entre la mer et la réserve naturelle de l’Étang de Biguglia.

En partant vers le Nord, vous trouverez la plage pittoresque de Miomo, protégée par sa tour génoise. C’est une plage de galets.

Et à moins de 20 km au nord de Bastia, vous découvrirez la plage de Pietracorbara à la beauté naturelle sauvage et exceptionnelle. Cette plage de sable blanc cède peu à peu la place à des paysages de montagnes verdoyants où se nichent quelques cabanes et maisons.

12. Plongée sous-marine

Les eaux cristallines qui bordent Bastia vous offrent des spectacles sous-marins époustouflants. En effet, d’anciennes guerres et des siècles de navigation ont laissé des vestiges remarquables au milieu d’une faune et d’une flore sous-marine à coupe le souffle.

Les centres de plongée bastiais proposent des excursions vers une dizaine de sites autour de la ville, dont certains abritent des épaves historiques et des restes d’avions alliés datant de la Seconde Guerre mondiale.

Si vous n’avez jamais fait de plongée auparavant, les nombreux clubs de Bastia peuvent vous initier. Les eaux transparentes et les richesses sous-marines à découvrir de cette partie de la Méditerranée sont un excellent prétexte pour franchir le pas et apprendre la plongée.

13. Le Chemin des Glacières de Cardo

À quelques minutes à l’ouest de Bastia, le petit village de Cardo est le point de départ d’une randonnée captivante de 3h30 aller/retour à travers le maquis. Le chemin balisé vous conduit jusqu’à deux glacières, en très bon état, l’une datant du 16e siècle et l’autre du 19e siècle.

Ce chemin était le sentier emprunté à l’époque par les ânes pour ramener les pains de glace fabriqués ici jusqu’à Bastia. Ce pan de l’histoire de la région est relaté sur les panneaux d’information du site qui vous en apprendront davantage encore sur la fonction des glacières.

L’itinéraire croise également plusieurs curiosités, comme un ancien site d’extraction de lauzes à ciel ouvert, une seconde carrière où l’on taillait autrefois des meules pour les pressoirs à huile et à grains, ainsi qu’une bergerie restaurée et plusieurs sources d’eau naturelle.

À la seconde glacière, vous serez à quelques dizaines mètres de dénivelé de la crête du Cap Corse et du Monte Murzaio culminant à 880 mètres d’altitude, lequel offre un panorama exceptionnel sur toute la région.

14. Balades en train

Imprégnez-vous de la majesté des paysages sauvages de la Corse intérieure en empruntant le réseau ferroviaire CFC (Chemin de Fer Corse).

De nombreux touristes viennent sur l’île précisément pour cette raison, car ce réseau ferroviaire était un exploit d’efforts et d’ingénierie au 19e siècle.

Alors que le terrain aurait dû rendre le voyage en train impossible, les lignes se sont pourtant développées aux quatre coins de l’île à partir des années 1870.

Pour ce faire, de nombreux tunnels et viaducs ont été construits, dont un, à Vecchio, est l’œuvre de Gustave Eiffel, ingénieur ayant notamment contribué à l’édification de la tour Eiffel, du viaduc de Garabit et de la statue de la Liberté à New York.

Au départ de Bastia, vous pouvez aller jusqu’à Ajaccio par exemple : vous traverserez des montagnes parfois jusqu’à plusieurs kilomètres sous terre, franchirez des torrents tumultueux, et longerez des cascades magnifiques surplombant la ligne. N’oubliez surtout pas votre appareil photo, panoramas saisissants garantis !

15. Gastronomie corse

En parcourant le marché traditionnel, vous aurez une meilleure idée des spécialités corses et de la manière dont elles sont fabriquées.

On vous parlera immanquablement de la châtaigne corse, introduite par les Génois au 16e siècle et qui a longtemps été une pierre angulaire de l’alimentation traditionnelle de l’île.

Elles sont encore séchées au feu, puis broyées pour faire une farine que l’on retrouve dans la préparation de nombreuses spécialités, comme la polenta corse, le porridge de châtaignes aux poires, diverses pâtisseries (comme le succulent castagnaccio) et ces fritelli dont l’odeur est si alléchante qu’il est impossible de ne pas craquer.

Les châtaignes aromatisent également certaines bières corses et sont même données à consommer aux cochons afin que leur arôme se retrouve dans leur chair, et par conséquent dans la délicieuse charcuterie corse.

En Corse, on ne peut pas le nier, on aime la châtaigne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *