Visiter Mâcon : 15 choses à faire à Mâcon et ses environs

Visiter Mâcon : 15 choses à faire à Mâcon et ses environs

Que faire à Mâcon ? Où dormir ?

Aujourd’hui, je vous emmène tout au sud de la Bourgogne, dans la charmante ville riveraine de Mâcon. Ici, la Méditerranée semble toute proche en raison des nombreuses maisons de style italien aux couleurs pastel qui bordent la Saône.

Il y a beaucoup à faire à Mâcon en un ou deux jours. Tout d’abord, vous êtes en terre de Bourgogne, où vous trouverez certainement les meilleurs chardonnays et pinots noirs de la région. Les amateurs de vins ne seront donc jamais à court d’inspiration pour visiter les nombreux domaines autour de Mâcon.

Mais Mâcon, c’est aussi un riche patrimoine historique, et même préhistorique, à découvrir, avec son lot remarquable de vieilles pierres et ses 24 édifices protégés au titre des Monuments historiques.

Alors si vous ne savez pas quoi faire à Mâcon lors de votre séjour en Bourgogne, je vous livre quelques pistes avec cette sélection de 15 choses à faire et à voir à Mâcon et ses alentours. En route !

1. La Maison de Bois

Mâcon regorge de curiosités. La maison la plus ancienne de la ville, mais aussi la plus insolite date du début du 16e siècle. Surnommée La Maison de Bois, ses trois étages supérieurs sont entièrement en bois sous un toit en porte-à-faux.

Postez-vous au coin de la place aux Herbes et admirez les sculptures de la façade du deuxième étage et les colonnes torsadées qui les soutiennent. Vous verrez une poignée de personnages bizarres, avec des expressions étranges sur leur visage, et dans divers états de nudité. Certains tiennent des animaux à la fois réels et mythiques, tandis que d’autres sont représentés avec des ailes.

2. L’Apothicairerie de l’Hôtel-Dieu

L’hôpital de Mâcon date de la fin du 18e siècle. Si le bâtiment a évolué au gré des modes architecturales, il abrite une pièce qui semble figée dans le temps, depuis 1775. L’apothicairerie vous renvoie au règne de Louis XV dans une salle accueillant un ancien distillateur. Ici, parquet, plancher, lambris et mobilier en noyer savamment sculptés sont tous d’époque.

Dans une vitrine, vous découvrirez de délicats pots en céramique étiquetés contenant toutes sortes de substances extravagantes, tels que poudre de soie, borax, ivoire, opium, os moulus…

3. L’Église Saint-Pierre de Mâcon

À regarder ses tours et son portail, vous ne vous rendrez peut-être pas compte que l’église Saint-Pierre est en réalité une construction assez récente, et non une merveille romane médiévale de Bourgogne.

Achevée en 1865, elle est l’œuvre d’André Berthier, élève de Viollet-le-Duc, le célèbre architecte et historien qui a rénové de nombreux monuments médiévaux de France au 19e siècle. L’église est de style néo-roman, avec deux imposantes tours de 53 mètres de haut.

À l’intérieur, vous découvrirez une nef gothique flanquée de chapelles décorées de peintures. Le déambulatoire expose également quatre peintures remarquables, tandis que le chœur accueille un mobilier cultuel sculpté de manière exceptionnelle par l’artiste Philippe Kaeppelin en 1987.

Vous pouvez également admirer des fresques murales, un orgue néo-gothique, de superbes rosaces et une magnifique chaire avec deux escaliers.

4. Vieux-Saint-Vincent

L’ancienne cathédrale primitive de Mâcon a été démolie à la Révolution. Le narthex à l’avant du portail et les deux tours sont les uniques structures qui subsistent. Mais elles seules rendent le bâtiment vraiment intéressant, rendant un hommage précieux et convaincant au patrimoine roman et gothique de la ville.

La tour gothique sud avec son belvédère distinctif est un symbole reconnu de Mâcon. En regardant de plus près la façade du porche, vous pouvez admirer la partie la plus ancienne de cette cathédrale, datant du 11e siècle. Vous verrez ainsi que le tympan comporte cinq scènes sculptées du Jugement Dernier, notamment les 24 vieillards de l’Apocalypse qui composent le tribunal céleste.

5. Le Musée des Ursulines

L’ancien couvent des Ursulines accueille le musée de la ville depuis les années 1960 et met en lumière l’histoire de Mâcon.

Au rez-de-chaussée, consacré à l’archéologie, vous découvrez des outils, des ossements et des armes issus du site préhistorique de Solutré, ainsi que des objets de l’époque gallo-romaine tels que des pièces de monnaie et des céramiques découvertes dans l’ancienne nécropole de Mâcon.

L’étage supérieur abrite un espace d’ethnographie qui dévoile les techniques des potiers, vignerons et pêcheurs locaux sur la Saône.

Il y également des expositions d’art, allant du 16e siècle à nos jours, présentant notamment des œuvres de Titien, Monet et Le Brun.

6. Les rives de la Saône

En vous promenant le long des rives de la Saône, vous saurez pourquoi on dit que Mâcon possède un soupçon de Méditerranée. En effet, vous trouverez de nombreuses maisons de style italien aux couleurs pastel bordant la rivière.

L’une des principales voies de franchissement de la Saône à Mâcon est le Pont Saint-Laurent. Jusqu’à l’époque romaine, la rivière se traversait à gué. Après leur conquête, les Romains ont remplacé le passage à gué par un pont en bois, lui aussi remplacé par un pont en pierre au 11e siècle.

C’est cette même structure que vous pouvez voir aujourd’hui, avec quelques modifications comme l’ajout d’arches supplémentaires au cours du 15e siècle pour éviter les inondations.

En 1834, l’artiste Camille Corot s’est installé à Mâcon quelques temps et a peint le Pont Saint-Laurent. Cette toile est désormais exposée la National Gallery of Art de Washington aux États-Unis.

7. La Roche de Solutré

Une brève escapade vers l’ouest de la ville vous fait découvrir la Roche de Solutré. Cet escarpement calcaire accidenté traverse magistralement le cœur du vignoble de Pouilly-Fuissé.

Ce rocher est un site hors du commun, non seulement pour sa géologie distinctive, mais aussi pour ce qu’il signifiait auprès des cultures préhistoriques.

C’était en effet un repère pour les chasseurs, qui abattaient et fumaient leur gibier ici même, notamment des rennes, des éléphants et même des tigres des cavernes comme l’attestent les nombreux os extraits du sol. Des ossements humains préhistoriques ont également été exhumés.

Pour en savoir plus sur la lointaine histoire du rocher, rendez-vous au musée de la Préhistoire, situé au pied de l’escarpement. Ensuite, marchez sur les pas de François Mitterrand, qui escaladait le rocher chaque année depuis 1946, une ascension rendue célèbre lors de ses mandats de Président dans les années 1980.

8. Le Musée départemental de la Bresse

Mâcon est installée à la limite orientale de la région historique de la Bresse, qui était une province officielle de France jusqu’à la Révolution.

Enveloppée dans un paysage de prairies, de haies et de fourrés de feuillus, l’ancienne ferme bressane du Domaine des Planons informe les visiteurs sur les modes de vie dans ce magnifique coin de France depuis le 15e siècle.

Les créations complexes en émail et les meubles sculptés en noyer témoignent du savoir-faire de Bresse. Vous verrez également les chapeaux pointus étranges que les femmes de la campagne portaient autrefois, dans un espace consacré aux costumes traditionnels.

La ferme est une pièce de musée à part entière, avec une charpente en bois rustique et des intérieurs reconstitués qui vous aident à imaginer comment les paysans du 18e siècle vivaient de la terre.

9. L’Abbaye de Cluny

Préparez-vous à visiter l’un des plus grands monastères de l’époque médiévale ! L’abbaye de Cluny a été fondée par des moines bénédictins en 909. Devenue un pôle de premier plan pour l’ordre de Saint-Benoît mais aussi un centre majeur de culture et intellectuel, elle influença des milliers de personnes à travers toute l’Europe occidentale du 10e au 12e siècle.

À la Révolution, le statut de l’abbaye en a fait une cible et la majeure partie du complexe a été détruite. Les vestiges sont désormais protégés au titre des Monuments historiques. Le transept de l’abbaye a survécu au pillage et les chapiteaux du chœur du 13e siècle demeures intacts.

À l’intérieur, vous découvrirez une présentation 3D montrant toute la gloire et la splendeur du complexe à son apogée.

10. La Chapelle des Moines de Berzé-la-Ville

En 1887, les couches de peinture blanche recouvrant l’intérieur de cette ancienne chapelle du prieuré s’écaillent pour révéler trois superbes fresques romanes du début du 12e siècle. Ces fresques sont considérées comme les plus belles du département.

Il s’agit d’un document d’art essentiel de l’époque, aidant les experts à comprendre à quoi auraient ressemblé les peintures détruites de l’abbaye de Cluny. En effet, elles correspondent aux illustrations d’un manuscrit enluminé réalisé à l’abbaye à cette époque.

Elles présentent le Christ figuré dans une mandorle (figuration en forme d’amande), accompagné d’apôtres et de saints.

11. Le Château de Berzé

Intégrée au prieuré de la Chapelle des Moines et face à la Roche de Solutré, la forteresse de Berzé-le-Castel domine la vallée de la Petite-Grosne depuis une crête.

Sur ce perchoir naturel, en lieu et place d’un ancien castrum datant au moins de 10e siècle, Louis IX fait ériger cette forteresse en 1229. En effet, cet éperon rocheux revêtait une importance militaire stratégique notamment contre les invasions vikings et sarrasines. Elle s’illustra également par la suite comme forteresse imprenable au cours de la guerre de Cent Ans et les guerres de religion.

Les deux murailles extérieures, hérissées de 14 tours offrant de superbes vues panoramiques sur toute la lande, ainsi que les deux donjons et l’imposant châtelet d’entrée, témoignent avec force de la solidité des fortifications du château. Il y a également une petite chapelle carolingienne, l’un des tout premiers bâtiments érigés sur le site.

La forteresse, devenue obsolète au 16e siècle, est laissée à l’abandon durant près de deux siècles. Elle est restaurée à partir de 1817 et intègre les conceptions esthétiques romantiques de l’époque, tandis que les ouvertures et fenêtres sont agrandies dans un style néo-gothique.

Les jardins restaurés dans le même temps sont magnifiques, avec des potagers en terrasse, des vergers et un parterre à la française.

12. Le Château de Pierreclos

Un autre bastion de la vallée de la Petite-Grosne : le château de Pierreclos, dont on retrace les origines au 13e siècle. Niché dans les vignes, c’est un magnifique édifice qui ne manque pas de piquer la curiosité et les papilles des adultes, avec ses caves où vous pouvez déguster les quatre vins différents produits par le vignoble.

Les enfants ne sont pas négligés pour autant : ils peuvent contempler des reproductions éclatantes de la vie chevaleresque. Ils seront certainement émerveillés par les cottes de mailles et armures exposées dans la salle d’armes.

Le château est ouvert aux visites et aux dégustations. C’est aussi un lieu enchanteur qui vous accueille pour quelques nuits dans un cadre exceptionnel.

13. Le Monastère Royal de Brou

Marguerite d’Autriche, veuve du duc de Savoie Philibert II, est à l’initiative de ce monastère gothique flamboyant près de Bourg-en-Bresse, édifié pour commémorer le souvenir de son mari disparu au début du 16e siècle.

À voir absolument : les tombes en albâtre et en marbre de Philibert et de Marguerite dans l’église, conçues par le tailleur d’images et sculpteur gothique-Renaissance flamand Conrad Meyt. Ces tombes s’écartent du style médiéval en montrant les défunts au cours de leur jeunesse et non au moment de leur décès.

Les bâtiments du monastère contiennent également la collection d’art de la ville de Bourg-en-Bresse, avec des œuvres du 13e au 20e siècle. Pour l’anecdote, le monastère a remporté la première place lors de l’émission « Le monument préféré des Français » sur France 2 en 2014.

14. Promenades et balades à vélo

Si vous avez une bonne paire de chaussures de randonnée, vous pouvez vous rendre à pied de la Roche de Solutré depuis Mâcon en seulement deux heures. Le sentier qui vous mènera jusqu’à Solutré fait partie du chemin de pèlerinage conduisant à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne.

Ce tronçon de 17 kilomètres se termine à Cenves où vous profitez d’une vue exceptionnelle sur la vallée de la Saône, le Jura et même les Alpes.

Mâcon est également connectée à deux longues pistes cyclables à l’écart des routes. Au choix, vous pouvez parcourir la majeure partie du chemin jusqu’à Lyon sur un chemin de terre qui se termine à Genay à 55 kilomètres au sud.

Ou bien visiter Solutré et les villages viticoles du Mâconnais sur la Voie Verte, en roulant le long d’une ancienne voie ferrée à travers une campagne couverte de vignes.

15. Gastronomie mâconnaise

Avec des chardonnays de premier ordre de Saint-Véran et de Pouilly-Fuissé, le vin blanc de Mâcon a une renommée qui dépasse largement les limites de la France. Dans 7 000 hectares de vignobles, c’est une richesse de caves, de caveaux de dégustation et de coopératives qui vous ouvrent leurs portes, le tout au milieu d’une campagne de rêve verdoyante.

Accompagnez l’un de ces superbes vins d’un morceau de Mâconnais, un fromage à la texture douce et onctueuse, de petites fritures de poissons de la Saône agrémentées d’un zeste de citron, ou bien encore d’une poignée d’escargots de Bourgogne, cuisinés à l’ail et au persil.

Évidemment, le mâconnais est aussi la région du célèbre bœuf bourguignon, que vous retrouvez sur toutes les bonnes tables, mais aussi admirablement préparé chez les nombreux chefs étoilés qui gravitent dans et autour de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *